Dominique-Hélène Waguet

J’entrepris une démarche thérapeutique basée sur la bio-énergie, l’analyse des rêves et l’approche du transgénérationnel auprès de Jean et Janine Assens (psychothérapeutes qui, déjà dans les années 80, dans une vision holistique, établissaient la synthèse entre les apports de Freud, Jung et Reich).

La thérapie m’a donné la possibilité d’évacuer les émotions que j’avais accumulées au cours des crises familiales. J’ai compris combien celles-ci en m’enfermant dans une solitude, une révolte et une détresse intérieure ne me permettaient pas de construire des relations justes avec les adultes qui m’entouraient.
Une détente intérieure a pu s’opérer ainsi qu’une spontanéité facilitant mon insertion parmi les autres.Le travail de psychogénéalogie m’a permis, en allant visiter l’enfance et la jeunesse de mes parents et de mes grands-parents, de dédramatiser des évènements vécus dans mon enfance en leur donnant du sens. Cela m’a apaisé de réaliser, entre autre, que le vide immense et le sentiment d’absence de mère qui m’habitait enfant avaient pour origine le vide intense de mes deux grand-mères. L’arbre me demandant donc de répondre, à la notion de sécurité intérieure.

De graves difficultés de vie ont généralement comme origine des traumatismes familiaux générateurs de peurs, de doutes, de révoltes, de regrets, jamais explicités. Il s’agit de les mettre en mots pour, qu’arrivés à la conscience, ils nous libèrent de leur poids.
Ce qui était source de douleur et de révolte pour l’enfant, devient, en découvrant la vie du parent, compréhensible. Pas forcément acceptable, mais compréhensible.
De même, les souffrances de nos aïeux nous mettent en demeure d’améliorer des troubles faisant partie de grands fonctionnements vitaux : qu’est-ce qu’être père ou mère? Qu’est-ce que la liberté, la réalisation de soi? etc….
A 40 ans, à la suite de cette longue thérapie, j’entrepris une formation théorique et pratique avec J.J. Assens afin de devenir moi-même psychothérapeute et bien sûr la psychogénéalogie ne pouvait que faire partie de mes outils privilégiés.
Pour moi, le psychothérapeute doit être un accompagnateur attentif. Sur le fil des mots du patient, des réactions de son corps, de ses souvenirs, de ses rêves nocturnes, il l’aide à déceler les tendances multiples qui l’habitent. Il soutient le processus de transformation en étant garant du cadre. Ferme dans l’élaboration des contrats ; souple, car les difficultés, les écueils, sont à travailler. Attentif et non complaisant pour ne pas s’embourber avec les patients dans leurs répétitions ou leurs discours qui « tournent en rond ». Pour cela j’utilise la gestalt-thérapie qui est un excellent outilpour mettre en relief des facettes inconnues de soi-même et de la relation à autrui.

Le psychothérapeute est un éveilleur de sens. Il permet au patient de faire des liens entre les évènements actuels de sa vie et ces tout premiers schémas dont il est imprégné et qu’il reproduit adulte, le plus souvent à son insu. Questionnant, il aide la personne à porter toujours plus loin sa demande et à formuler toujours plus précisément ses ressentis. Pour cela j’utilise des outils qui m’ont beaucoup aidée, permettant une lecture symbolique, comme le tarot et l’astrologie.
A ce propos, j’ai eu la chance d’étudier cet art avec des astrologues également thérapeutes : Marielle Clavel (psychothérapeute jungienne) et Christian Duchaussoy fondateur de l’école d’astrologie structurale. Grâce à eux, j’ai pu lier cette pratique à l’approche transgénérationnelle. Par ce langage symbolique il est possible de préciser la nature des fonctionnements parentaux à l’œuvre dans la période de la naissance et d’en détecter les impacts présents dans la vie du consultant. Cette technique permet également de retracer la chronologie de tout son chemin de vie et d’y donner un nouvel éclairage.

Le Psychothérapeute est un allié expérimenté. Il recueille comme une coupe, l’être perdu, abandonné à lui-même, à la dérive. Il accompagne son patient dans ses doutes, ses abattements, ses découvertes, sur le chemin de “démodélisation” et de reconstruction intérieure vers une plus grande liberté d’être. L’écriture permet d’exprimer ces repositionnements et les ateliers d’autobiographie que nous animons permettent cette reconstruction fondamentale liée à la conscience du chemin parcouru.
Il m’est fondamental de donner aux personnes qui viennent vers moi la possibilité de devenir, eux aussi, un rameau d’évolution », un « rameau vert et fécond ».