Thérapie individuelle, les outils…

Parole, corps et mémoire.

Ces trois facteurs interviendront au cours du travail; en permanence intriqués, ils vont révéler des matériaux refoulés parce que trop douloureux pour être intégrés.

Le vecteur principal de la thérapie est la parole. Les mots pour les maux.
La parole chargée d’émotions qui ouvre les défenses établies pour protéger les zones de souffrance.
Parole qui devient un moyen d’exploration de la mémoire.

Le corps est le lieu où l’émotion se vit et se ressent, la terre où nous ancrons notre réalité. Sans l’attention au corps nous passons à côté de l’essentiel.
Il permet d’entendre “comment c’est dit” tout autant que “ce qui est dit”. Le corps ne triche jamais, il a son propre langage, à nous de savoir l’écouter et le décrypter.

La mémoire porte l’ensemble des événements du vécu. Une part importante tombe dans l’oubli de manière fluctuante, provisoire ou définitive. En elle s’accumulent les souvenirs accompagnés des charges émotionnelles et des souffrances exprimées ou non, de plus nous savons que la mémoire individuelle s’enrichit de la mémoire transgénérationnelle (voir la rubrique psychogénéalogie).
Lire la mémoire s’apparente à l’archéologie qui met à jour les couches du passé, elle contient notre histoire consciente et inconsciente ainsi que celle de nos ancêtres.

Pour rendre opérants ces trois facteurs, ma panoplie d’outils comprend :

La gestalt-thérapie
Le tarot de Marseille
L’interprétation des rêves
La psychogénéalogie
L’autobiographie
L’écriture

Certaines de ces activités se pratiquent principalement en groupe; pour d’autres, je les utilise dans les séances individuelles.

Commencer une thérapie c’est décider d’apprendre à se mieux connaître, entreprendre un voyage vers le centre de son être. En nous, à ce moment là, une nécessité impérieuse de retournement, un besoin d’être face à soi-même se lève.
C’est le début d’une aventure où il va être question de mettre à jour les forces à l’œuvre dans le monde psychique.

Si vous êtes intéressés.